Baisse d'audition, malentendant ou sourd, appelez-nous via Acceo

Besoin d'aide ? Contactez-nous !

+33 (0)3 21 216 216 Formulaire de contact
Retour vers Actualites/Actualite-Conseil-departemental

Plan de relance : après les engagements, les actes

Publié le 15 décembre 2020

La pandémie de CoVid 19 n’a pas épargné le Pas-de-Calais. Cependant le Département du Pas-de-Calais a mobilisé l’ensemble de ses compétences et de ses moyens pour en atténuer l’impact à la fois sanitaire, social et économique pour l’ensemble de ses habitants. Retour sur la commission permanente du 14 décembre.

 

« Les Départements ne font pas de bruit, mais ils font le boulot », n’hésite pas à rappeler Jean Claude Leroy, Président du Conseil départemental du Pas-de-Calais. En effet selon lui, grâce à l’implication de l’ensemble des élus de l’assemblée départementale et des agents de la collectivité, le Département a su limiter dans le Pas-de-Calais l’impact de cette crise historique : « Si souvent décriés, jugés même inutiles il fut un temps, les Conseils départementaux font quotidiennement la démonstration de leur caractère irremplaçable. Celui du Pas-de-Calais accomplit ses missions avec humilité et discrétion. Depuis le mois de mars et l’arrivée de la pandémie, il s’efforce d'accompagner du mieux qu’il peut les territoires, les populations, notamment celles les plus en difficulté, et de soutenir ses partenaires médico-sociaux, institutionnels, mais également des mondes associatifs, sportifs et culturels. »

 

« Un travail de longue haleine »

 

L’engagement de la collectivité a en effet pu prendre différentes formes tout au long de la crise : « Il s’est traduit par un panel d’actions très concrètes, plus ou moins spectaculaires, mais primordiales, comme la fourniture de masques dans les EHPAD, les Foyers de vie, les Maisons d’enfants ou de gel hydro-alcoolique dans les collèges. Un travail qui s’est traduit et se traduit encore par l’adoption de choix politiques forts. En témoigne le plan d’urgence voté en juillet dernier lors du Budget supplémentaire. 60 millions d’euros pour faire face tous les jours à la crise, un effort exceptionnel à la mesure des enjeux actuels. Et une mobilisation de tous les instants qui continue encore et encore. Pour preuve les ajustements financiers fixés lors de la plénière de novembre. Pour preuve également les décisions majeures prises lors de la Commission permanente de ce mois de décembre. 75 rapports qui montrent l’étendue du champ d’action de l’institution, qui démontrent son engagement sans faille dans cette situation sans précédent. »

 

Une commission permanente pour agir, soutenir tout de suite et préparer demain

 

Les 75 rapports présentés à cette séance répondent à une double exigence : continuer à assumer l’ensemble des politiques et des missions de la collectivité et s’engager toujours plus aux côtés de celles et de ceux qui sont confrontés aujourd’hui aux difficultés. Une action qui concerne l’ensemble des compétences propres au Département mais qui concerne également l’ensemble de ses politiques volontaristes :

 

Ruralité

603 nouveaux dossiers ont été validés dans le cadre de la programmation exceptionnelle du Fonds d’aménagement rural et de développement agricole (FARDA), soit une aide directe de 5 millions d’euros à destination des communes rurales, portant ainsi à 15,8 millions d’euros l’investissement de la collectivité au service de la qualité de vie des habitants du Pas-de-Calais et de l'emploi local. Avec ces 603 projets financés, ce sont autant de chantiers qui viennent soutenir l’emploi local, les PME et les artisans.

 

Collèges

Malgré des circonstances exceptionnelles, la collectivité a fait le choix de ne renoncer à rien et de maintenir ses exigences en matière d’éducation. Des exigences qui vont au-delà des strictes compétences de la collectivité.  En effet, en plus de la construction et de l’entretien des collèges, cette année encore le Département participera au financement d’équipements sportifs dédiés à la pratique scolaire ou des actions éducatives, ou encore à d’équipements destinés aux restaurants scolaires. Un investissement qui profitera aussi bien à la jeunesse qu’à l'emploi local.

 

Enfance

La question de la garde d’enfants s’est imposée au cœur des débats tout au long de cette crise. Cette commission permanente a permis de rappeler la volonté de la collectivité de trouver des réponses aux difficultés que rencontrent les habitants du Pas-de-Calais : parmi celles à l’ordre du jour, l’octroi d’une subvention de 48 000 €pour la construction d’un établissement d’accueil qui pourra recevoir dès novembre 2021 30 enfants à Sallaumines.

 

ESS

En plus des 600 000 € attribués dans le cadre de son budget citoyen la collectivité vient d’accompagner financièrement, à hauteur de 90 000€, la création de trois espaces d’accueil et d’accompagnement dédiés à l’Economie sociale et solidaire (ESS). Situés dans les locaux d'Artois Ternois Récupération Emploi dans le Ternois, de l’ADAPEP AFP2I dans l’Arrageois et de l’Association pour le Développement de l’ESS dans le Bassin minier du Pas-de-Calais, ils seront des lieux incontournables pour toutes les personnes intéressées par cette autre manière d’entreprendre.

 

Agriculture

Parmi les mesures votées lors de cette Commission permanente, 3 d'entre-elles concernent directement le monde agricole avec l'accompagnement à la valorisation paysagère des exploitations du grand site de France des Deux-Caps, le soutien aux présentations en concours de race pour les éleveurs de chevaux du Boulonnais ou le soutien aux associations Le savoir vert et l’Accueil paysan qui sensibilisent les collégiens aux questions et problématiques agricoles.

 

Lecture publique

39 523 € d’aides ont été votées pour l’aide à la création ou à la rénovation de médiathèques, ainsi qu’au titre de l’aide à l’acquisition de matériel informatique et au développement d’une offre numérique.

 

Culture

Qu’il s’agisse de compagnies de spectacles vivants ou de structures de diffusion de petite taille, 39 acteurs culturels ont été soutenus pour les aider à reprendre leur activité à l’issue du confinement. Une aide qui se chiffre à 227 429 €.

 

Sport

La participation du Département au financement de la piscine olympique de Lens, à la nouvelle base de canoë-kayak de Saint-Laurent-Blangy et de la rénovation du complexe tennistique de Boulogne-sur-Mer a été décidée au cours de cette commission permanente. Des équipements qui serviront dans le cadre de la préparation des Jeux Olympiques de Paris en 2024, mais également tout au long de l’année pour les habitants du Pas-de-Calais et dont la construction participe à la relance de l’économie locale. Des mesures qui viennent s’ajouter aux aides aux clubs employeurs déjà en vigueur depuis le début de la crise sanitaire.

 

Insertion

Priorité de nombreux habitants du Pas-de-Calais et de la collectivité, l’emploi n’a pas été oublié dans le plan de relance du Conseil départemental. Parmi les mesures destinées à favoriser le retour à l’emploi des bénéficiaires de minima sociaux, la collectivité a choisi de prendre en charge les dépenses liées au Covid de 43 structures d’insertion réparties sur l’ensemble du territoire, ainsi que par le biais d’une aide à la reprise pour un montant de 269 079 €.

 

Jeunesse

Incarnant l’avenir du département, la jeunesse a elle aussi bénéficié des mesures décidées au cours de cette commission permanente. Parmi les aides décidées, une subvention de 8 000 € pour la Mission locale de Saint-Omer permettra d’accentuer le suivi médical et professionnel de jeunes bénéficiaires du RSA.

 

Pêche

Développement des activités de transformation du poisson dans la zone de Capécure, amélioration des conditions de travail, baisse de l’impact environnemental ou amélioration de la qualité des produits, la filière de la pêche indissociable de l’identité du Pas-de-Calais n’a pas été oubliée de ce plan de relance avec 447 000€ d’aides attribuées à des entreprises de Boulogne-sur-Mer, Nesles, Calais, Le Portel ou Oye-Plage.

 

 

Des mesures qui pour chacune de ces compétences, s'inscrivent dans une logique globale : le Département a mobilisé l’ensemble de ses moyens pour assurer la relance économique par l’activité. Une démarche qui favorise l’emploi local et l’accompagnement des personnes les plus fragiles touchées par la crise.