Vous êtes ici :

Accueil Accueil Grands Projets Le Louvre-Lens Structure du projet Louvre-Lens

Le site est en cours de maintenance.

Structure du projet Louvre-Lens

Publié le 14 décembre 2009

Ce ne sera pas un Louvre-bis mais un musée d'un type nouveau, un musée d'art et d'essai.
L'objectif est de présenter des œuvres anciennes dans un bâtiment contemporain, transparent et dépouillé, afin de les redécouvrir. L'agence Sanaa propose une architecture facilement accessible, proche du terrain et ouverte sur la nature. Le futur ensemble s'organisera en plusieurs bâtiments formant au total 20 000 m2.
La façade en miroir reflétera la nature et évoluera selon les saisons et la position du visiteur.

Un bâtiment parfaitement intégré au site

Le site du futur Louvre-Lens est au milieu de la ville, sur un terrain légèrement surélevé. Afin de ne pas créer une forteresse imposante ou un palais, l'agence Sanaa a opté pour une structure basse qui s'intègre au site sans l'écraser de sa présence.
Cinq corps de bâtiments la composent. Ce sont quatre rectangles et un grand carré dont les angles se touchent et qui rappellent le palais du Louvre dont les ailes seraient étirées presque à l'horizontale. Les architectes japonais évoquent également une succession de barques alanguies sur un fleuve...

L'organisation des espaces

Un grand auditorium (la Scène, 300 places) occupe l'aile gauche, en lien direct avec le bâtiment des expositions temporaires (2 000 m2). Celles-ci sont par ailleurs reliées en leur extrémité au hall d'accueil, grand carré de 4 000 m2, qui regroupe les principaux espaces d'accueil du musée : salon d'accueil, médiathèque, librairie-boutique, cafétéria et espace pique-nique, espace pour les mécènes.

Sur l'autre aile s'étire le principal bâtiment de présentation des œuvres, la galerie du temps (3 000 m2). La galerie principale occupe plus de 130 mètres de long et possède des façades réfléchissant le parc. Des ateliers prennent place dans les deux pavillons latéraux.

Les espaces techniques (réserves et ateliers de restauration) en sous-sol seront également visitables depuis le hall d'accueil. Le parc paysager réalisé par Catherine Mosbach combine plusieurs lieux de découverte : parvis devant le musée, clairières, promenades en son sein et en lisières, parc boisé renforçant la végétation naturelle dans la partie ouest du site, jardins en contrepoint des parties boisées. Il créera un écrin de verdure qui devrait être un lieu de promenade de choix pour les Lensois et les visiteurs. En mettant en valeur l'ancien puits d'extraction des houillères, il rappellera aussi la mémoire du site.

Médiation

Le Louvre-Lens veut être un musée pour tous. Cela signifie qu'il sera attentif à son terrain (géographique, culturel, sociologique) et cherchera à s'insérer dans son contexte local. Des liens forts seront ainsi noués avec les habitants proches de sorte que le Louvre-Lens soit non seulement visité mais fréquenté, et ce de manière durable. Une médiation sera intégrée dans le parcours d'exposition, à proximité des œuvres, par le biais de cartels, panneaux d'explication, fiches de présentation des œuvres. Les nouvelles technologies de l'information et de la communication seront présentes.
L'interactivité occupera une place privilégiée (écrans et projections) tout au long du parcours, proposant différents niveaux de lecture pour accompagner chaque visiteur. Pour autant, la médiation humaine (présence d'un guide-conférencier) ne disparaîtra pas car pour un public éloigné des musées, la transmission des messages passe majoritairement par l'intervention humaine (visite accompagnée, parcours-atelier, intervention d'un professionnel, ateliers d'initiation).
Le site web permettra au visiteur de préparer sa visite en découvrant les parcours et les œuvres exposées. Après sa visite, le visiteur pourra trouver des éléments d'approfondissement et évaluer ses acquis par des iconographies complémentaires, lectures, bibliographies, listes de sites web, etc.

La présentation des œuvres

La présentation des œuvres à Lens s'appuie sur deux principes fondateurs : des collections présentées de façon transversale, abolissant donc les frontières entre les départements du musée parisien ; des œuvres exposées temporairement, ce qui facilite l'envoi de chefs-d'œuvre et réactive l'intérêt du public.

Les œuvres, relevant des huit départements du Louvre (peintures, sculptures, objets d'art, antiquités grecques, étrusques et romaines, antiquités égyptiennes, antiquités orientales, arts graphiques et arts de l'islam), de toutes les techniques, de toutes les périodes couvertes par le musée parisien (du sixième millénaire à 1850) seront présentées dans un esprit chronologique.
Ces présentations s'affranchiront des cloisonnements établis dans le musée parisien par l'histoire de l'institution et de ses collections.

Le Louvre-Lens ne disposera pas d'une collection permanente. Il empruntera ses oeuvres au Louvre et les exposera pour des durées plus ou moins longues. Puisant en effet dans les œuvres exposées aujourd'hui au Louvre (et non dans les réserves), elles ne pourront rester à demeure à Lens et seront donc régulièrement renouvelées.
À son ouverture, le Louvre-Lens présentera trois à cinq cents pièces autour d'une Galerie du temps, sur le thème de la figure humaine.
De novembre à avril, une exposition thématique, composée d'œuvres du Louvre, permettra de recomposer temporairement ce qui est actuellement dispersé dans le musée parisien et de donner une vue compréhensive sur un moment de l'histoire de l'art (la Renaissance, le Baroque, etc.) ou une civilisation (Alexandrie, etc.).
Chaque été, le Louvre-Lens accueillera une grande exposition internationale, où prendront place des œuvres en provenance d'autres grands musées, destinée à accueillir un large public touristique.