Vous êtes ici :

Accueil Accueil L'institution Expression des groupes politiques

Le site est en cours de maintenance.

Cette page est en cours de modification.

Expression des groupes politiques

Janvier 2018

Groupe Socialiste Républicain et Citoyen

Contrats aidés – Les réponses concrètes se font attendre

La décision du gouvernement de supprimer de nombreux emplois aidés n’a pas été sans conséquence. Dans les écoles, les associations, les communes, de lourdes difficultés se font ressentir. Pour pallier ce problème, certains envisagent de recourir aux jeunes en service civique. L’urgence ne doit pourtant pas nous conduire à détourner ce formidable dispositif citoyen de son objet ni créer de la précarité chez les jeunes.  

Après de long mois de flottement, nous connaissons enfin les grandes lignes du projet gouvernemental sur ces emplois aidés.

Premier enseignement : seuls 200 000 contrats seront accompagnés en 2018. En 2016, le gouvernement de François HOLLANDE en avait financé plus du double.

Second point, les contrats aidés disparaissent pour donner naissance aux Parcours Emploi Compétences (PEC), avec une exigence de formation plus forte.

Le dernier volet est lui beaucoup plus surprenant puisqu’il semble vouloir faire des Préfets "des entrepreneurs d’Etat" pivot de l’inclusion, leur donnant les "moyens de s’adapter aux réalités du terrain" ?...

Le gouvernement En Marche a un vrai problème avec la décentralisation. Ne pas associer les Départements, chefs de file des solidarités humaines est un véritable non-sens et une perte de temps précieux. La bataille pour l’emploi réclame la mobilisation de tous, ce qui impose le dialogue et la reconnaissance des compétences de chacun.

Laurent DUPORGE

Groupe Socialiste, Républicain et Citoyen

Groupe Union Action 62

Budget et effets d’annonce de la Majorité

 Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Les propos de Pangloss ne sont pas dénués de sens à la lecture du Budget primitif 2018 de la Majorité. Quelques exemples :

  1. Investissement : un milliard d’euros sur la mandature, soit 190M€ par an. Pourtant, on constate déjà près de 100M€ de retard, qu’on nous propose de compenser sur les trois prochaines années : 203M€ en 2018, 240M€ en 2019 et 222M€ en 2021. Le financement devra se faire par l’emprunt, puisque la Majorité ne fait pas d’économies structurelles et prévoit déjà d’épuiser ses réserves à hauteur de 25M€ par an.
  2. CSNE : 130M€ annoncés, mais aucun crédit de prévu pour alimenter la ligne budgétaire. Comme le Gouvernement, la Majorité ne semble plus croire au projet. S’il venait à se faire, le Département devrait avoir recours à l’emprunt pour honorer ses engagements.
  3. Situation financière : elle serait "assainie" selon Jean-Claude Leroy. C’est ce qu’indiquent les ratios, mais l’amélioration n’est que conjoncturelle : plus de la moitié des économies faites ne sont pas du fait de la Majorité.

Par le biais d’effets d’annonce, la Majorité veut faire croire que tout va pour le mieux. Pourtant, si elle ne change pas sa feuille de route, la situation du Département sera à nouveau fortement dégradée dès l’année prochaine. Les effets d’annonce ne servent à rien s’ils ne sont pas accompagnés de changements structurels.

Maïté MULOT-FRISCOURT

Présidente du groupe Union Action 62

Groupe communiste et républicain

Main basse sur le logement minier ?

Maintenus avec "Maisons et Cités" sous le contrôle des élus et de la population, les logements miniers semblent aujourd’hui aiguiser bien des appétits.

Comme l’ont dénoncé les élus communistes, Le plan Cazeneuve du "Renouveau du Bassin Minier" annoncé en grande pompe en mars 2017 s’avère largement insuffisant pour terminer en 10 ans comme promis la rénovation de 23 000 logements miniers.

En fait la trop faible participation de l’Etat (100 millions d’euros) sur des travaux estimés à 1 milliard obligerait "Maisons et cités" à emprunter 600 millions d’euros.

Pire encore, aujourd’hui on sait qu’aucune ligne budgétaire spécifique n’est prévue dans le budget de l’Etat en 2018. Les 100 millions ne seront pas versés en espèces sonnantes et trébuchantes mais sous la forme de prêts, de baisse de TVA, de taxes, de subventions etc. Nous sommes bien loin du souffle du RENOUVEAU !

Plutôt que d’augmenter la participation de l’Etat, la proposition qui est faite aux élus est d’accepter de faire rentrer un bailleur (la SNI) dans le capital de "Maisons et cités" en lui offrant des parts très avantageuses ! Les élus communistes refusent que l’on brade ainsi le patrimoine des anciens mineurs et entendent mettre en garde syndicats et locataires. Ils appellent l’ensemble des élus du Bassin minier à protéger ce patrimoine de l’appétit des financiers et à sauvegarder sous maîtrise publique ces logements sociaux. 

Ludovic GUYOT

Président du groupe Communiste et Républicain

Groupe Front national

Les nôtres avant les autres !

Le président Leroy semble décidé à réformer la gouvernance politique du département, en attribuant davantage de place au dialogue avec les groupes d’élus, de quelque tendance qu’ils soient. Nous saluons cette avancée positive qui devrait contribuer à apaiser et élever le débat au sein de l’assemblée.

Pour autant, les élus du groupe Front national resteront vigilants quant aux priorités déclinées par la majorité, notamment en termes budgétaires et financiers. Dans ce domaine, on peut craindre que les erreurs commises dans un passé récent soient amenées à se reproduire : en effet, les subventions, parfois accordées sans discernement, n’ont fait l’objet d’aucune remise à plat malgré nos propositions en séance plénière, et la redéfinition de l’action internationale, nécessaire à l’optimisation des crédits qui lui sont affectés, n’a pas non plus été mise en chantier.

Les crédits dédiés à la prise en charge des étrangers "mineurs isolés", eux, ne cessent de croître, alors que nombre de ces jeunes sont, parfois très largement, majeurs et ne viennent pas de pays en guerre.

Dans le même temps, le Département soumet les collèges et établissements médico-sociaux à une véritable cure d’austérité (reprise des fonds de roulement, évolution budgétaire maintenue à 0 %, etc.).

Un deux poids, deux mesures de plus en plus insupportable pour les habitants du Pas-de-Calais : les nôtres avant les autres !

François Vial

Président du groupe Front national

Respect du pluralisme démocratique, du droit et des personnes

Les textes sont signés de leur(s) auteur(s), placés sous leur seule responsabilité éditoriale. Les auteurs s’engagent à respecter les législations en vigueur sur la liberté d’expression, le droit au respect des personnes et le droit à l’image, contenues notamment dans les Lois du 29 juillet 1881, du 1er août 2000 modifiant la Loi du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication, celle du 21 juin 2004 pour la confiance en l’économie numérique, le Code Civil et le Code Pénal.