Baisse d'audition, malentendant ou sourd, appelez-nous via Acceo

Besoin d'aide ? Contactez-nous !

+33 (0)3 21 216 216 Formulaire de contact
Retour vers Le-Conseil-departemental

Expression des groupes politiques

Groupe Socialiste, Républicain et Citoyen

Une réforme dangereuse

La réforme de l’assurance chômage vient d’entrer en vigueur ; Les conditions d’éligibilité sont plus restrictives et, en avril prochain, le montant des allocations sera recalculé.

Les projections de l’UNEDIC sur cette réforme amènent les pires craintes pour les demandeurs d’emploi du Pas-de-Calais.

En France plus de 700 000 nouveaux demandeurs d’emploi pourraient être privés d’ouverture de droits pendant la première année d’application de la réforme. Combien d’entre eux seront-ils contraints de s’orienter vers le R.S.A, à la charge budgétaire du Département ?

Plus de 850 000 nouveaux inscrits pourraient eux voir leurs indemnités baisser de 22 % en moyenne, une baisse pouvant même atteindre 50 % ! Les plus fortement touchés seront les chômeurs les plus précaires, ceux qui alternent des périodes de chômage avec de courtes périodes d’emploi.

Au final, c’est un demandeur d’emploi sur deux qui risque d’être impacté, ce qui est considérable.

Indéniablement, depuis 4 ans le chômage recule. Cela démontre d’ailleurs la pertinence de notre contribution par l’accompagnement à l’emploi des bénéficiaires du RSA et le niveau constant de notre investissement favorisant l’activité des entreprises et l’emploi.

Mais nous ne pouvons pas faire comme si tout était résolu puisque, malgré ce sursaut économique, la pauvreté augmente.

Laurent DUPORGE

Groupe Socialiste, Républicain et Citoyen

Groupe Union Action 62

Défendons nos services de proximité !

Depuis toujours, les élus du Groupe Union Action 62 sont attentifs à la proximité des services. Aujourd’hui l’inquiétude est présente suite aux récentes annonces de fermetures de trésoreries dans notre département qui obligeront les citoyens à changer leurs habitudes, notamment en zone rurale.

Nous défendons les intérêts des habitants du Pas-de-Calais, c’est pourquoi il est important de maintenir un service proche de chez eux.
La déclinaison pour le Pas-de-Calais du projet de nouveau réseau de proximité (PNRP) est loin d’être satisfaisante. Des points de contacts sont effectivement bien maintenus. Mais ils ne suffisent pas à assurer la continuité du service qu’effectuent actuellement les trésoreries. Car même s’ils sont situés à un maximum de 30 minutes, il faut que les habitants parcourent plusieurs dizaines de kilomètres pour les atteindre.

Nous tenons à souligner la gravité de la situation. Nos zones rurales, qui perdent peu à peu leurs services de proximité, sont déjà frappées par la désertification et la fracture territoriale. En l’espace d’une décennie, ce sont 24 centres des impôts qui ont été fermés sur l’ensemble de notre territoire.
C’est pourquoi nous invitons l’ensemble des groupes politiques à déposer un vœu commun à l’attention de l’Etat afin de soutenir les municipalités concernées et d’alerter sur cette problématique de déstructuration des services publics de proximité.

Maïté MULOT-FRISCOURT

Présidente du groupe Union Action 62

Groupe Communiste 

Retraite : Le point de non-retour est franchi

Le rapport de force établi par le gouvernement depuis le 5 décembre continue de se durcir. Jamais la France n’a connu une période aussi longue de conflit social. Toutefois plus de 6 français sur 10 soutiennent toujours la mobilisation.

Le gouvernement reste arc bouté sur ses positions pour imposer la réforme des retraites par points. Il intensifie même la répression envers les syndicalistes et les manifestants. Le bilan du gouvernement est lourd. Les pays européens qui ont fait ce choix ont vu le taux de retraités en situation de pauvreté augmenter.

Vivre plus longuement est une chance pour chacun(e), alors pourquoi consacrer ces années supplémentaires à travailler ? Il serait plus heureux de les consacrer à sa famille, à la vie associative, à ses passions. Les jeunes rencontrent les plus grandes difficultés à trouver un emploi alors pourquoi faire travailler leurs aînés plus longtemps !

Une réforme de la branche vieillesse est nécessaire permettant de faire valoir ses droits à une retraite à taux plein à 60 ans, avec un revenu de remplacement net équivalent à 75 % du revenu net d’activité. Il suffit de faire cotiser les revenus financiers au même taux de cotisation employeur sur les salaires ce qui rapporterait 31 milliards d’euros.

Ludovic GUYOT

Président du groupe communiste et républicain 

Groupe Rassemblement National

Réforme des retraites : tous perdants ?

La réforme des retraites, appelée à être votée à l’été 2020, est sur les rails : salariés, cadres intermédiaires, fonctionnaires, ouvriers, artisans ou petits commerçants peuvent d’ores et déjà s’inquiéter…

Le rapport du Haut-Commissaire à la réforme des retraites préconise le passage de 42 caisses à un régime universel à points, chaque euro cotisé donnant les mêmes droits à chacun… avec toutefois des incertitudes quant à de possibles baisses, à l’avenir, de la valeur du point. Dans ce système, il reste possible de faire valoir ses droits à la retraite à 62 ans… avec une décote de 5 % par an par-rapport à "l’âge-pivot" de 64 ans !
Mais une autre proposition est apparue : celle d’un nouvel allongement de la durée de cotisation, qui serait portée plus tôt que prévu à 43 ans. Il serait là aussi possible de partir à 62 ans, mais avec une sévère décote puisque bien peu de personnes auront commencé à travailler suffisamment tôt (à l’âge de 19 ans) pour compter le nombre de trimestres nécessaires à une retraite à taux plein. Dans les faits, la plupart d’entre nous devraient travailler au-delà de 65 ans.

Dans tous les cas, le niveau de vie des retraités baisserait en moyenne de 25 %. Tout ceci, bien sûr, au nom de l’équité et de la simplification du système…
Finalement, quelle que soit l’option choisie, les perdants sont déjà connus : les Français les plus modestes !

François Vial

Président du groupe Rassemblement National

Respect du pluralisme démocratique, du droit et des personnes

Les textes sont signés de leur(s) auteur(s), placés sous leur seule responsabilité éditoriale. Les auteurs s’engagent à respecter les législations en vigueur sur la liberté d’expression, le droit au respect des personnes et le droit à l’image, contenues notamment dans les Lois du 29 juillet 1881, du 1er août 2000 modifiant la Loi du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication, celle du 21 juin 2004 pour la confiance en l’économie numérique, le Code Civil et le Code Pénal.

En application de l'article L3121-24-1 du Code Général des Collectivités locales, cet espace est réservé à l'expression des groupes d'élus.

Les contenus publiés ici sont sous la responsabilité des groupes politiques désignés.