Baisse d'audition, malentendant ou sourd, appelez-nous via Acceo

Besoin d'aide ? Contactez-nous !

+33 (0)3 21 216 216 Formulaire de contact
Retour vers Le-Conseil-departemental

Expression des groupes politiques

Groupe Socialiste, Républicain et Citoyen

Une réforme dangereuse

La réforme de l’assurance chômage vient d’entrer en vigueur ; Les conditions d’éligibilité sont plus restrictives et, en avril prochain, le montant des allocations sera recalculé.

Les projections de l’UNEDIC sur cette réforme amènent les pires craintes pour les demandeurs d’emploi du Pas-de-Calais.

En France plus de 700 000 nouveaux demandeurs d’emploi pourraient être privés d’ouverture de droits pendant la première année d’application de la réforme. Combien d’entre eux seront-ils contraints de s’orienter vers le R.S.A, à la charge budgétaire du Département ?

Plus de 850 000 nouveaux inscrits pourraient eux voir leurs indemnités baisser de 22 % en moyenne, une baisse pouvant même atteindre 50 % ! Les plus fortement touchés seront les chômeurs les plus précaires, ceux qui alternent des périodes de chômage avec de courtes périodes d’emploi.

Au final, c’est un demandeur d’emploi sur deux qui risque d’être impacté, ce qui est considérable.

Indéniablement, depuis 4 ans le chômage recule. Cela démontre d’ailleurs la pertinence de notre contribution par l’accompagnement à l’emploi des bénéficiaires du RSA et le niveau constant de notre investissement favorisant l’activité des entreprises et l’emploi.

Mais nous ne pouvons pas faire comme si tout était résolu puisque, malgré ce sursaut économique, la pauvreté augmente.

Laurent DUPORGE

Groupe Socialiste, Républicain et Citoyen

Groupe Union Action 62

Pour une véritable égalité de traitement entre les soignants et accompagnants

Le 13 Juillet 2020, ont été signés les accords salariaux du Ségur de la santé qui octroient plus de 8 milliards d’euros aux personnels hospitaliers.

Bien que ce texte puisse paraître comme une avancée, il se trouve être en réalité un exemple de complexité et d'iniquité.
Ainsi, le décret du 19 septembre 2020, applicable à la fonction publique hospitalière qui crée une augmentation de salaire de 180 euros, précise qu’il ne s’applique pas aux personnels des établissements qui accueillent des personnes handicapées, qui ne sont pas concernés par les accords SEGUR.

Nous ne pouvons que déplorer cette injustice entre les soignants selon les structures dans lesquelles ils exercent et selon l’âge des résidents. Cette inégalité contribue à alimenter l’incompréhension déjà palpable auprès de ces agents.
En conséquence, un mouvement national s’est engagé auquel nous souhaitons, par ce vœu, apporter tout notre soutien. 

Aussi, le Groupe Union Action 62 appelle l’Etat à revenir sur ce décret pour mettre fin à cette iniquité et considérer l’ensemble des personnels soignants de la même manière pour qu’ils puissent bénéficier de ces augmentations de salaires.

L’ensemble des élus du Groupe Union Action 62 tiennent à vous souhaiter de bonnes fêtes de fin d’année malgré les conditions incertaines dans lesquelles elles se dérouleront. Prenez soin de vous.

Maïté MULOT-FRISCOURT
Présidente du Groupe Union Action 62

Groupe Rassemblement National

Réforme des retraites : tous perdants ?

La réforme des retraites, appelée à être votée à l’été 2020, est sur les rails : salariés, cadres intermédiaires, fonctionnaires, ouvriers, artisans ou petits commerçants peuvent d’ores et déjà s’inquiéter…

Le rapport du Haut-Commissaire à la réforme des retraites préconise le passage de 42 caisses à un régime universel à points, chaque euro cotisé donnant les mêmes droits à chacun… avec toutefois des incertitudes quant à de possibles baisses, à l’avenir, de la valeur du point. Dans ce système, il reste possible de faire valoir ses droits à la retraite à 62 ans… avec une décote de 5 % par an par-rapport à "l’âge-pivot" de 64 ans !
Mais une autre proposition est apparue : celle d’un nouvel allongement de la durée de cotisation, qui serait portée plus tôt que prévu à 43 ans. Il serait là aussi possible de partir à 62 ans, mais avec une sévère décote puisque bien peu de personnes auront commencé à travailler suffisamment tôt (à l’âge de 19 ans) pour compter le nombre de trimestres nécessaires à une retraite à taux plein. Dans les faits, la plupart d’entre nous devraient travailler au-delà de 65 ans.

Dans tous les cas, le niveau de vie des retraités baisserait en moyenne de 25 %. Tout ceci, bien sûr, au nom de l’équité et de la simplification du système…
Finalement, quelle que soit l’option choisie, les perdants sont déjà connus : les Français les plus modestes !

François Vial

Président du groupe Rassemblement National

Groupe Communiste et républicain

Ce n’est pas le moment de céder

A l’heure où j’écris ces lignes, nous sommes toujours confinés. Un mal aujourd’hui nécessaire mais un échec de la stratégie sanitaire du gouvernement qui a sous-estimé cette 2ième vague et pire, qui n’a pas pris de mesures à la hauteur (création de lits, tests massifs etc…).

Recroquevillé autour du conseil de défense et de sécurité, le gouvernement contourne les instances élues et prend des décisions déconnectées de la réalité, souvent contestées et liberticides.

Notre sphère sociale a été réduite aux moments permettant le travail : métro-boulot-dodo : tout le reste ne serait pas essentiel ! Le petit commerce est sacrifié et on assiste à beaucoup de "cafouillage" dans les décisions. L’économie et le marché devraient supplanter la vie et la démocratie ?

Au Conseil départemental, nous regardons la société d’un autre angle, celui de la solidarité et de la justice sociale.

Nous avons voté 5 millions d’euros pour accompagner la ruralité dans leurs projets, de nouveaux crédits pour les collèges, pour les personnes en fragilité liée à leur âge, leur handicap, leur emploi ; les dotations aux associations d’aide alimentaire sont augmentées et les subventions aux associations sportives et culturelles pendant la crise, maintenues.

Ludovic GUYOT

Président du groupe communiste et républicain

Groupe Démocrates

Le Département, cheville ouvrière de la relance économique et sociale

Pour répondre à la crise engendrée par la Covid-19 qui touche encore plus de 2 millions de personnes en France, le président de la République a défini la nouvelle stratégie sanitaire, et avec le plan France Relance de 100 milliards d’euros, le gouvernement souhaite accélérer la reprise de l’économie en accompagnant les particuliers, les entreprises, les administrations et les collectivités locales… des mesures inédites sont articulées autour de trois volets : la transition écologique, la compétitivité, la cohésion sociale et territoriale.

Le Comité de pilotage et de suivi national se décline au niveau régional, avec l’installation de son comité le 13 novembre, et se décline au niveau départemental, avec l’installation du comité de pilotage et de suivi du Pas-de-Calais le 26 novembre. Ce comité est piloté par le préfet et le président du Département, et ce dans la continuité et le renforcement du plan d’urgence voté en séance plénière dès le 6 juillet dernier… travaux aux côtés des services et partenaires de l’Etat, des acteurs économiques, chambres consulaires du territoire par exemple… échelon le plus proche des collectivités, le Conseil départemental, avec l’ensemble de ses services, resserre les liens et soutien… acteur pour une reprise économique et sociale qui vient planter dès à présent des jalons vers la prochaine décennie.

Evelyne DROMART

Présidente du Groupe Démocrates

 

Respect du pluralisme démocratique, du droit et des personnes

Les textes sont signés de leur(s) auteur(s), placés sous leur seule responsabilité éditoriale. Les auteurs s’engagent à respecter les législations en vigueur sur la liberté d’expression, le droit au respect des personnes et le droit à l’image, contenues notamment dans les Lois du 29 juillet 1881, du 1er août 2000 modifiant la Loi du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication, celle du 21 juin 2004 pour la confiance en l’économie numérique, le Code Civil et le Code Pénal.

En application de l'article L3121-24-1 du Code Général des Collectivités locales, cet espace est réservé à l'expression des groupes d'élus.

Les contenus publiés ici sont sous la responsabilité des groupes politiques désignés.